Past and Future Medieval Studies Today 6th European Congress of Medieval Studies

There was a time, not so long ago, when Medieval Studies constituted a major pillar for the understanding of the history of human civilization. The Middle Ages bridge the gap between ancient culture and Modernity; it is the period during which the Greek and Roman heritage was transformed into European and Christian values and found expression in new and different ways in music, art, architecture, literature, philosophy, and theology – fields, which testify to the cultural evolution of humanity. For this reason, Medieval Studies had a strong and uncontested position in the curricula of many institutions of higher education, especially in the Western world.

Today, things are different. While the medieval contribution to the project of humanity remains beyond doubt, the challenges facing those interested in history have definitively changed. In a globalizing world, the emergence of the universities, gothic architecture, polyphony, and urban culture, can no longer be studied in isolation. Their significance must be assessed against the background of developments elsewhere in the world, for instance, the Middle East, Africa, and Asia. Today, what does the medieval past mean for a global and culturally diverse future?

Medieval Studies have always excelled by their vigorous scholarly methods and their inventiveness: it is within this realm that new methods of critical text editing were developed and became the standard across all the humanities; medievalists were among the first to seize the opportunities and chances offered by the digitization of texts; interdisciplinary research is the rule rather than the exception. With these features, Medieval Studies are well equipped to develop convincing answers  to the challenges of the future in front of them. Distinguished by a vast regional diversity as well as global interaction and exchange, the Middle Ages both question and inspire our contemporary understanding as citizens of a globalizing world, a promising challenge calling for new ideas and
powerful institutions suited to put the ‘European’ Middle Ages into relation with human achievements elsewhere on the globe.

Currently, different replies to these new challenges are under discussion, each with its own potentials and risks: global medievalism, digital humanities, comparative history, rethinking the cultural narrative. To present and debate these approaches and to exchange views about successful perspectives of Medieval Studies, the Fédération Internationale des Instituts d’Etudes Médiévales (FIDEM) devotes its 6th European Congress of Medieval Studies to the topic of “Past and Future: Medieval Studies Today”.

 

09.00 Sessions Paleography and Codicology • Marc

Smith (Paris)

Open Scholasticism: Networks of
Thought in the Digital Age • Hans Cools
(Basel), Gabriel Müller (Basel), Roberta
Padlina (Basel), Ueli Zahnd (Basel)

Grammar and Literature • Isabela
Stoian (Bucharest, Fribourg),
Constantin Teleanu (Paris), Monica
Oanca (Bucharest)

6

10.30 Pause
11.00 Sessions

12.30 Lunch (own arrangements)

13.30 Sessions

15.00 Pause

Chances and Opportunities: Medieval
Texts and Modern Cultural Paradigms •
Seraina Plotke (Basel)

Medieval Musicology at the Challenge
of Globalization: Some Ideas to Survive
• Francesco Zimei (Teramo)

Guides to Well‐being in the Long
Fifteenth Century • Sabrina Corbellini
(Groningen), Catrien Santing
(Groningen), Marilyn Nicoud (Avignon),
Marina Gazzini (Parma)

The Arborescent Prevalence and the
Growth of Knowledge: Studying the
Medieval Tree Structures in a
Contemporary Way • José Higuera
Rubio (Porto), Sergi Sancho Fibla (Aix‐
en‐Provence), Antoine Paris (Paris),
Naïs Virenque (Tours)

History • Julia Aguilar Miquel
(Madrid), Vytautas Volungevičius
(Vilnius), Luca Polidoro (Florence,
Siena)

Databases • Paul Tombeur
(Turnhout), Patricia Cañizares Ferriz
(Madrid), Atat Ayman
(Braunschweig)

15.30 Excursion to the Basel University Library and the Digital Humanities Lab (all participants)
18.00 Second Plenary Lecture The Future of Medieval Studies: A Chinese Historian’s Perspective • Hilde de Weerdt (Leiden)
19.30 Dinner (own arrangements)

7

Tuesday 04.09.2018

Discussion Sessions Special Sessions Paper Sessions

09.00 Sessions

10.30 Pause
11.00 Sessions

12.30 Lunch (own arrangements)

De la page numérisée aux sens révélés:
Vers une prise en charge automatique
du corpus “Bible Historiale” • Xavier‐
Laurent Salvador (Paris)

Medieval Studies Today and
Tomorrow: Interdisciplinarity as a
Cross‐Cultural Approach. The Example
of the Upper Rhine Region • Isabel
Iribarren (Stasbourg)

Questions on the Vademecum of the
Count of Haro (c. 1399‐1470) • María‐
José Muñoz (Madrid), Antonio
Espigares (Madrid), Beatriz Fernández
de la Cuesta (Madrid), Montserrat
Jiménez (Madrid)

Scotist Ideas Shaping Latin American
Scholasticism: Contingency and Will in
Mission and Philosophical Theology •
Roberto Hofmeister Pich (Porto Alegre),
Nicolás Martínez Bejarano (Santa Fe de
Bogotá), Guido José Rey Alt (Cologne)

Digital Humanities • Maria Amélia
Álvaro de Campos (Coimbra,
Évora), Marta Pavon Ramirez
(Rome), Mercè Puig Rodríguez‐
Escalona (Barcelona)

Early Medieval Theology • Florin
Crismareanu (Iași), Mihai Grigoraş
(Bucharest), Florina Rodica Hariga
(Iași)

8

13.30 Sessions

15.00 Pause

Old Norse Studies 2.0 ‐ Small Subjects
in a Digital World • Lena Rohrbach
(Basel)

Failing Paradigms or how Early
Modern Concepts of Art Shaped the
Discourse on Medieval Art • Barbara
Schellewald (Basel), Heidrun Feldmann
(Basel), Henriette Hofmann (Basel)

Late Medieval Theology • Irene
Villarroel Fernández (Madrid),
Luciano Micali (Freiburg), Cristian
Moisuc (Iași)

15.15 General Assembly (all participants, only FIDEM members can vote)
Agenda
1. FIDEM Presidential Report
2. FIDEM Activities Report
3. Presentation and Election of Candidates for the FIDEM Board
4. Questions from Members
18.15 Third Plenary Lecture How a Mirror of Princes became a Handbook of Popular Philosophy and Practical Ethics • Beatrice Gründler (Berlin)
19.15 Dinner Reception (all participants)

9

Wednesday 05.09.2018

Discussion Sessions Paper Sessions Paper Sessions

09.00 Sessions

10.30 Pause

Thinking Big Under Short Term
Conditions. The Future of Medieval
Institutes • Andreas Speer (Cologne)

Medieval Philosophy • Elisa Coda
(Pisa), Silvia Negri (Freiburg), Nadia
Bray (Lecce)

Interpreting the Middle Ages •
Christoph Kann (Düsseldorf), Enrique
Corti (Buenos Aires)

11.00 Table Ronde • Past and Future. Medieval Studies Today
12.15 Closure
12.30 Lunch (own arrangements)
13.30 Departure

10

Titles of Presentations in Special Sessions

Open Scholasticism: Networks of Thought in the Digital Age (Monday, 09.00)
Hans Cools (Basel)
Semantic Web Technologies in Medieval Studies
Gabriel Müller (Basel)
Making it Work: the Challenges of Publishing Open Scholastic Data
Roberta Padlina (Basel)
Semantic Text Annotation with the Standoff Approach
Ueli Zahnd (Basel)
Scholasticism and the Text‐as‐Network Paradigm
Guides to Well‐being in the Long Fifteenth Century (Monday, 11.00)
Sabrina Corbellini (Groningen) and Catrien Santing (Groningen)
The Study of Late Medieval Well‐Being and the Relevance of Medieval Studies Today
Marilyn Nicoud (Avignon)
Les regimes de santé médiévaux: de manuels d’auto‐contrainte ou d’éducation à la santé?
Marina Gazzini (Parma)
Welfare before Welfare. Italian Confraternities and Guilds as Forms of Insurance

11

The Arborescent Prevalence and the Growth of Knowledge: Studying the Medieval Tree Structures in a Contemporary Way (Monday 13.30)
José Higuera Rubio (Porto)
The Epistemological Accomplishments of Tree Representations: Middle Ages and Beyond
Sergi Sancho Fibla (Aix‐en‐Provence)
Trees as Organizational Structures in Mystical Literature from the 13th and 14th Centuries
Antoine Paris (Paris) and Naïs Virenque (Tours)
Studying Medieval Arboreal Frameworks Today. Terminology, Iconology and Networks
Questions on the Vademecum of the Count of Haro (c. 1399‐1470) (Tuesday 09.00)
María‐José Muñoz (Madrid)
Las sentencias preferidas por diversos lectores del Vademecum (ms. BNE 9513)
Antonio Espigares (Madrid)
San Agustín en el Vademecum del Conde de Haro
Beatriz Fernández de la Cuesta (Madrid)
Las sentencias preferidas por el conde de Haro en el ms. BNE 9522
Montserrat Jiménez (Madrid)
La Carta de Léntulo al senado de Roma en el Vademecum
Scotist Ideas Shaping Latin American Scholasticism: Contingency and Will in Mission and Philosophical Theology (Tuesday 11.00)
Roberto Hofmeister Pich (Porto Alegre)
Coercion and the Limits of Voluntariness: The Scotist Philosophical Background of Baptism Practices by Franciscan Missionaries in 16th‐17th Century Latin America

12

Nicolás Martínez Bejarano (Santa Fe de Bogotá)
Baptism and Social Organization in The Wonders of Nature of Fray Juan de Santa Gertrudis
Guido José Rey Alt (Cologne)
Determinate Truth and Contingency in Alfonso Briceño’s Controversiae (1639)
Failing paradigms or how early modern concepts of art shaped the discourse on medieval art (Tuesday 13.30)
Barbara Schellewald (Basel)
Excluding Byzantium or Shared History?
Heidrun Feldmann (Basel)
Batty Langley’s “Gothic Orders”
Henriette Hofmann (Basel)
The Framing of the Hildesheim Bronze Doors or How Bernward ‘Misunderstood’ Antiquity

2018 FIDEM Congress: Past and Future: Medieval Studies Today – 6th European Congress of Medieval Studies

 

ANR: le projet MARITEM retenu

 

Le projet interdisciplinaire MARITEM comporte plusieurs objectifs. Le premier est de comprendre le Manuscrit du Roi dans son élaboration matérielle, musicale et textuelle, mais aussi d’en connaitre les procédés de diffusion et de réception jusqu’à nos jours, dans la culture écrite et orale. Pour y parvenir, nous produirons une édition numérique musico-textuelle pensée pour plusieurs usages différents, comme l’outil numérique peut le permettre, c’est-à-dire avec des couches successives représentant les différents états de l’édition jusqu’au document source (allographétique, graphématique alignée, ponctuée, corrigée, interprétative). Le procédé permet de travailler avec souplesse sur les différents stades de l’édition et se distingue en cela de l’édition numérisée. Par l’édition allographétique, nous pourrons par exemple comprendre les habitudes des scribes, les processus de copie, les possibles réécritures musicales, les étapes de façonnement du manuscrit, autant d’éléments peu connus, faute de pouvoir encore confronter les données textuelles avec les données musicales. 

Le deuxième objectif vise à cerner les rapports entre les différents corpus consignés dans ce manuscrit. Nous pourrons mieux connaître, par exemple, les liens entre le motet et la chanson, les deux répertoires étant généralement étudiés de manière séparée. Avec la présence des pièces latines, la perspective sera de comprendre le rapport entre la chanson en langue vernaculaire et la chanson en langue latine, d’un point de vue des modalités de performance ou de la tradition écrite (copiste, témoin, réécriture, etc.) 

Le troisième objectif, à travers l’étude d’un manuscrit témoin découvert dans toutes ses facettes, est de construire une nouvelle méthode analytique fondée sur les outils numériques qui pourra ensuite être appliquée à d’autres codex musicaux. Grâce au moteur de recherche, nous étudierons par exemple le traitement musical d’un type de diphtongue en particulier, étude encore impossible de nos jours faute d’un tel outil. De la même manière, nous associerons les accents du texte avec les motifs musicaux, ce qui ouvrira la voie à de nouvelles hypothèses sur le rythme des monodies non mesurées. Plus encore, la musicologie rejoindra la philologie textuelle dans la construction des stemma codicum.

Le quatrième objectif est de valoriser un patrimoine encore mal connu, la chanson médiévale profane. En ce sens, la collection de partitions contiendra des éditions interprétatives pensées particulièrement pour les musiciens, mais aussi pour les enseignants et les chercheurs qui disposeront aussi d’exemples vocaux et de références discographiques. Le projet souhaite offrir un matériel fiable aux interprètes actuels des musiques médiévales, sans cesse confrontés au peu de supports ou travaux qui leur sont destinés. Il s’agira, en somme, de les guider vers une interprétation de qualité car ils constituent un média important pour la diffusion et la valorisation de nos travaux d’érudition.

L’axe Humanités Numériques du Lab’TTN, qui soutient le projet, adresse ses chaleureuses félicitations aux porteurs du projet: Christelle Chaillou et Federico Saviotti

 

Forum de la Gouvernance de l’Internet / Ateliers de l’Avenir Numérique

Forum de la Gouvernance de l’Internet
Ateliers de l’Avenir Numérique

Xavier-Laurent Salvador (DIM STCN, Université Paris 13)  représentera le Lab’ TTN, aux côtés de Didier Guével (DIM STCN, , Université Paris 13) à la Table ronde dirigée par Alexis Poulin, fondateur de la revue Le Monde Moderne :

PARCOURS « Humanités Numériques »
ATELIER · Patrimoine numérique et éducation aux médias

du Forum de l’ISOC consacré à l’Avenir Numérique:

de 15h30 à 17h le mercredi 5 juillet

qui se déroulera:

Université Paris Descartes, 45 Rue des Saints-Pères, Paris 6

pour présenter les enjeux éducatifs des Humanités Numériques, du secondaire au supérieur.

 

Le Forum sur la Gouvernance de l’Internet dont Lucien Castex (Sorbonne Nouvelle) est le Président a été créé lors du SMSI.
Objectif : engager les multiples parties prenantes dans un dialogue sur la gouvernance de l’Internet

Le FGI FRANCE a été organisé à l’initiative de plusieurs associations en 2014 et 2015 au CESE puis à Paris Descartes réunissant à chaque édition un millier de participants.

Le mandat général donné par le SMSI pour le Forum concerne :
– La politique publique globale au niveau local et intergouvernemental en relation avec la gouvernance de l’internet et la neutralité des réseaux.
– L’utilisation des compétences des parties universitaires, scientifiques et techniques.
– La réduction de la fracture numérique et l’élargissement des possibilités d’accès à l’Internet dans les pays en développement.
– L’utilisation des principes du SMSI.
– La publication de ses travaux.

Université Paris Descartes, 45 Rue des Saints-Pères, Paris 6

Pour en savoir plus:

https://isoc.fr/ateliers/

Digitens, H2020 Project / Isilex Core !

The DIGITENS project ‘DIGITal ENcyclopedia of European Sociability’ has just been awarded a 3-year grant by the European Commission. H2020-MSCA-RISE-2018. Isilex team, Technical Core of the project, congratulates to all research partners for their fruitful collaboration!

See more

See more more

Enseignement du français aux sinophones anglicisants – 31 mai 2018 Villetaneuse (France)

Organisée par Salah MEJRI, Lichao ZHU et Angélique MASSET-MARTIN
31 mai 2018 Villetaneuse (France)

L’apprentissage d’une langue étrangère est pour l’apprenant une mise à l’épreuve constante entre les systèmes linguistiques de L1 et de L2. L’intuition linguistique chez l’apprenant, forgée par sa langue maternelle, constitue une barrière à franchir dès le début de son apprentissage. Chez les apprenants polyglottes, les interférences des différentes langues pratiquées auparavant s’ajoutent aux obstacles dans l’acquisition de la langue française. Les apprenants sinophones du français dont la plupart pratiquent déjà un dialecte, le mandarin et l’anglais font face à des faits de langues qui deviennent pour eux des sources de confusion. De plus, enseigner le français aux sinophones constitue un défi particulier. D’une part, le français et le chinois (le mandarin) sont typologiquement éloignés ; d’autre part, la conception du monde et la culture d’apprentissage des deux peuples sont parfois diamétralement opposées. La linguistique contrastive est, dans ce cas de figure, précieuse pour comparer et appréhender mutatis mutandis les systèmes des langues dans l’apprentissage (Alvarez et Perron, 1995 ; Sörés, 2008).

En Chine, l’enseignement du FLE dispensé de manière traditionnelle (Robert, 2009) qui est construit autour de la méthode grammaire – traduction (version et thème) n’a pas connu d’évolution importante durant les deux dernières décennies (Vallat, 2011). Cette méthode, fortement liée à la tradition de la didactique chinoise, exige que les apprenants réfléchissent en chinois afin d’assimiler les règles du français dont ils n’ont pas encore connaissance (Besse, 2011). Elle permet certes aux apprenants d’acquérir une base solide de la langue, mais handicape ces derniers quant à la communication et à la compréhension des discours. En France, les établissements français ne disposent pas de pédagogies spécifiques destinées aux apprenants sinophones, malgré le nombre croissant de ces derniers dont la culture d’apprentissage est méconnue (Bouvier, 2002 ; Robert, 2002).

Des ressources lexicographiques, phraséologiques et textuelles (sous forme de dictionnaires, de bases de données et de corpus alignés) doivent être constituées afin d’assister les enseignants dans leur pédagogie et les apprenants dans leur apprentissage. Leur exploitation devrait permettre des choix raisonnés lors de l’élaboration des cours et de la conception des activités et des exercices. De nouveaux outils d’enseignement et d’apprentissage du français (Mooc, e-learning, etc.) modifient le paysage d’enseignement du FLE. Dans ce contexte, des approches telles que l’approche actionnelle (Pu, 2011), l’approche culturelle (Demougin, 2008), l’approche par compétences (Beacco, 2011), etc. pourront voir élargis leurs champs d’application.

https://francaisino.sciencesconf.org

Programme du Congrès Mondial de Linguistique française [Institut de Langue Française, Mons, 9-13 juillet 2018]

Le sixième Congrès Mondial de Linguistique Française est organisé par l’Institut de Linguistique Française (ILF), Fédération de Recherche du CNRS (FR 2393) qui est sous la tutelle de cet organisme et du Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. L’ILF regroupe vingt laboratoires de recherche, qui sont les co-organisateurs de ce congrès en partenariat avec de nombreuses associations nationales et internationales. Une telle organisation, conjointement prise en charge par vingt unités de recherche, est exceptionnelle par son ampleur et la volonté de partenariat scientifique qu’elle révèle.

Le premier Congrès Mondial a été organisé à Paris par l’ILF en 2008, le deuxième à La Nouvelle- Orléans, le troisième à Lyon en 2012, le quatrième à Berlin en 2014 et le cinquième à Tours en 2016. Chacun de ces cinq congrès a attiré plus de 300 participants et les résultats ont fait l’objet d’unepublication immédiate en ligne accompagnée de l’édition en un volume des résumés des actes.

Ce congrès est organisé sans aucun privilège d’école ou d’orientation et sans exclusive théorique ou conceptuelle. Chaque domaine ou sous-domaine, chaque type d’objet, chaque type de questionnement et chaque problématique portant sur le français peut y trouver sa place.

Le CMLF est organisé en sessions thématiques qui permettent de balayer la plus grande partie du champ scientifique : (1) Discours, pragmatique et interaction, (2) Francophonie, (3) Histoire du français : perspectives diachronique et synchronique, (4) Histoire, Épistémologie, Réflexivité, (5) Lexique, (6) Linguistique de l’écrit, linguistique du texte, sémiotique, stylistique, (7) Linguistique et didactique (français langue première, français langue seconde), (8) Morphologie, (9) Phonétique, phonologie et interfaces, (10) Psycholinguistique et acquisition, (11) Ressources et outils pour l’analyse linguistique, (12) Sémantique, (13) Sociolinguistique, dialectologie et écologie des langues, (14) Syntaxe.

Chaque thématique est pilotée par un Président et coordonnée par un Vice-président (membre du Comité directeur de l’ILF, ou bien choisi par ce comité). Les comités scientifiques comportent une proportion équilibrée de spécialistes français et étrangers. Un soin particulier a été accordé à la sélection des comitésafin de s’assurer qu’ils présenteront les plus grandes garanties scientifiques pour le succès du congrès. On trouve donc dans chaque comité des linguistes connu(e)s mondialement pour leur contribution au domaine. Le rôle de ces comités est de sélectionner les propositions de communications.

Consulter le programme du CMLF 2018

Lien Vers l’ILF

 

Dire(s) au Moyen Âge – Journée d’étude TTN (13 juin)

Journée d’étude du 13 juin 2018

Première journée du Lab’ TTN

13 juin 2018 – 10h-17h (Université Paris 13 Villetaneuse, UFR LLSHS Salle des séminaires (E117)

 


lien [Fabula.org]

PROGRAMME DE LA JOURNÉE ET DES PARTICIPANTS

10h

Accueil des participants
Pierre-André Buvet
TTN – Paris 13

Voix françaises de la Bible Historiale
Xavier-Laurent Salvador
 TTN – Paris 13

Les hétérodoxes minoritaires et la traduction française de la Bible au XIIe siècle : Valdès et Lambert le Bègue.
Vladimir Agrigoroaei
CESCM de Poitiers – UMR 7302

Vision(s) patrimoniale(s) des discours minoritaires
Christine Jablonski
Conservatrice des monuments historiques à la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne
&
Aurélia Chevalier 
Restauratrice du patrimoine, DIM « Matériaux anciens et patrimoniaux »

14h

La langue du blason et ses locuteurs au Moyen Âge
Laurent Hablot
Directeur d’Etudes à l’EPHE

Les Langues de Marie
Denis Hüe
Professeur émérite à Rennes 2

Le livre de Jonas de la Bible française du 13e siècle
Clive Sneddon
Professeur à l’Université de St Andrews en Écosse

Table ronde « Archives et patrimoine à l’heure du numérique »
Vladimir Agrigoraei, Christine Jablonski, Laurent Hablot, Clive Sneddon, Fabrice Issac

Point Merléac et Conclusions (17h)

——————————————————–

Porteur du projet: Xavier-Laurent Salvador 

Comité scientifique: Pierre-André Buvet (EU TTN), Fabrice Issac (EU TTN), Chantal Zabus (EU TTN), Salah Mejri (TTN) , Elisabeth Belmas (IRIS, GIS « Jeu et Société »), Juliette Vion-Dury (GIS « Jeu et Société »)

Comité organisateur:  Hannah Freundlich, Sarah Sandré, Laetitia Haroutunian

Journée organisée avec le GIS « Jeu et Société »

UDPN : DE LA COLLECTION AU CORPUS : LE PROJET « MÉMOIRE(S) ORALE(S) DE L’INSTITUT FRANÇAIS DE PRESSE ».

Séance mai, séminaire 2017-18
Date : vendredi 18 mai 2018, de 10:00 à 13:00
Lieu : Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle, Centre Censier, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris (salle Las Vergnas, 3e étage)

Le réseau UDPN a pour objet d’étudier les usages et les nouvelles pratiques engendrés par la numérisation du patrimoine. La programmation des sessions 2015-2016 et 2016-2017 du séminaire UDPN a permis de manifester des rapprochements entre différents types de numérisation, de matériaux et de méthodes. Le séminaire 2017-2018 “Patrimoines numérisés : acteurs et pratiques” permet au réseau de ne pas cesser d’actualiser les angles d’approche ; de pérenniser les thèmes de recherche et d’envisager leur intégration dans des parcours de formation.

L’objectif scientifique poursuivi par le réseau est l’étude des pratiques des acteurs et usagers de la numérisation du patrimoine, en interrogeant les nouveaux rapports entre conservation, recherche, éducation et création déterminés par la numérisation du patrimoine. Il s’agit de mettre en œuvre une étude des pratiques en cherchant à décrire le processus de patrimonialisation et à préciser ses rapports avec les démarches de valorisation et de médiatisation.

Cette séance est intitulée « De la collection au corpus : le projet « Mémoire(s) Orale(s) de l’Institut Français de Presse », est coordonnée par Marie Dupond (UDPN, USPC), Céline Ferjoux (CARISM, Chaire académique Audiovisuel et Numérique, Univ. Paris II, Panthéon Assas), Matteo Treleani (GERIICO, Univ. Lille 3). Elle sera consacrée à la présentation du cadre méthodologique et théorique du projet « Mémoire(s) Orale(s) de l’IFP » mené par Laurence Crohem et Isabelle Demier et qui a abouti à une projection vidéo réalisée dans le cadre de la journée de commémoration des 80 ans de l’Institut Français de Presse de l’Université Paris II.

Cette séance se donne pour objectif d’ouvrir un espace de dialogue pour échanger autour des bonnes pratiques et de permettre de s’interroger ensemble sur les notions théoriques qui les sous-tendent.

Les thématiques qui seront abordées vont des pratiques de collecte et de traitement des archives orales jusqu’à la mise en réseau des documents vers la constitution d’un corpus de recherche qui interrogerait l’écriture de la mémoire orale d’une institution comme historiographie d’une discipline, les Sciences de l’Information et de la Communication. Cette séance propose de parcourir un terrain traversé par les questionnements communs aux digital humanities, aux recherches ethnographiques sur le statut des archives orales, aux rapports entre littératies numériques et sciences du document mais aussi à ceux relatifs à la culture des organisations, l’histoire des marques (Brand History) et l’histoire culturelle.

Plus d’informations: http://www.udpn.fr/spip.php?article296

 

Équipe émergente Théories, Textes, Numérique / SÉMINAIRE DES DOCTORANTS / 30 avril, campus Villetaneuse / « Extraction d’information et lecture critique (semi)-automatique par Laetitia Haroutunian » et « Étude de pragmatèmes : salutations, injonctions et jurons » par Carmen González Martín

Le deuxième séminaire des doctorants de l’équipe TTN aura lieu le lundi 30 avril 2018 à 10h en salle E121 (salle de réunion) dans le bâtiment de l’UFR LLSHS, au campus Villetaneuse. Vous trouverez ci-joint le programme.
Où ? Couloir E, salle E121 (salle de réunion) UFR LLSHS, Campus Villetaneuse Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité :

Extraction d’information et lecture critique (semi)-automatique. Application à la littérature évaluative en prévention-promotion de la santé par Laetitia Haroutunian (doctorante)

Les revues de littérature scientifique dans le domaine de la santé sont des outilsprécieux d’aide à la décision publique et de soutien aux pratiques professionnelles. Dans lechamp de la médecine, elles permettent d’indiquer les thérapies et pratiques médicales les plus efficaces, à partir de l’analyse narrative et/ou statistique d’études originales. Dans le champ de la prévention-promotion de la santé, ces revues permettent de repérer les interventions les plus efficaces et les plus efficientes, d’évaluer leur acceptabilité et leur faisabilité dans un certain contexte et pour une population cible, mais aussi d’en mesurer les facteurs d’échec ou de réussite. Leur élaboration est cependant plus complexe dans le champ de la prévention-promotion de la santé : pluralisme des populations et des approches, difficulté d’évaluer sur le long terme, présence de facteurs de confusion ; les interventions sont par ailleurs dépendantes de facteurs sociétaux, structurels, réglementaires,économiques, et doivent prendre en compte plusieurs types d’études: qualitatives, expérimentales, observationnelles.

Ce travail de revue peut ainsi se révéler fastidieux par le volume important de productions scientifiques ; entre 2000 et 4000 références bibliographiques sont ajoutées chaque jour dans la seule base de données Medline1, et une recherche documentaire peut retourner des centaines voire des milliers de résultats pour un même sujet. La productiond’une revue de littérature est donc très coûteuse en temps, pouvant mobiliser des expertspendant parfois plus d’un an selon les moyens consacrés.

Les techniques de traitement automatique du contenu textuel apparaissent dans ce contexte comme une opportunité pour faire face à ce « déluge de données ». Ces dernières se sont plutôt concentrées sur les phases de recherche d’information ou d’aide à la lecture des résumés (« screening »). Les travaux ont toujours porté sur de la littérature clinique expérimentale, plus rarement sur des études observationnelles.

L’objectif de ce travail de thèse est de proposer une aide à la lecture critique parl’identification des caractéristiques principales des études et de leur méthodologie. La méthode sera ici symbolique et statistique, avec une importance accordée à la structurediscursive et les zones argumentatives de l’article scientifique. D’un point de vue plusconceptuel, il s’agit ici d’interroger le paradigme entre traitement de l’information scientifique et santé publique fondée sur des preuves (besoin d’exhaustivité vs. surabondanced’information) ; de proposer une réflexion sur la littérature scientifique et son écosystème dans un contexte de « big data » ; d’évaluer dans quelle mesure une tâche experte telle quela lecture critique peut être confiée à un traitement automatique.

Étude de pragmatèmes : salutations, injonctions et jurons par Carmen González Martín (doctorante)

Premièrement, nous commencerons par une réflexion : dire Bonjour !, Bonsoir ! dans une langue semble facile et essentiel, mais il y des contraintes qui sont souvent imperceptiblespour le locuteur natif. Ce type d’expressions sont celles que Mel’čuk a appelés pragmatèmes :il s’agit de phrasèmes compositionnels non libres, restreints par la situation de communication extralinguistique dans laquelle ils sont employés. Précisons, qu’un phrasème est une séquence figée qui se compose d’au moins, deux unités lexicales et qu’une séquence est ditecompositionnelle quand son signifié est le résultat des sens des composantes lexicales formant partie du phrasème. Le terme pragmatème regroupe des expressions très diverses comme Ne quittez pas [au téléphone], Défense de fumer [sur un panneau], Chaud devant ! [dans un restaurant].

L’attention que les auteurs ont portée à des énoncés liés à une situation d’énonciation n’estpas récente, de nombreux auteurs ont traité cette question depuis les origines de la pragmatique. Ainsi, nous passerons en revue les différentes études à ce sujet et nous présenterons les caractéristiques formelles des pragmatèmes.

Deuxièmement, notre travail est une étude contrastive entre les pragmatèmes du français etde l’espagnol. Étant donné que les contextes dans lesquels ont emploi ces phrasèmes est trèsvaste nous l’avons délimité à trois : les salutations, les injonctions et les jurons. Ce travail est une description lexicologique de ces Unités Phraséologiques et pour ce faire, nous avons définis des critères d’analyse que nous appliquerons à chaque pragmatème du français et de l’espagnol.

Finalement, nous montrerons que les pragmatèmes sont très fortement liés à la culture dupays de la langue, dans ce cas, la France et l’Espagne. La dimension interculturelle de ces UPest l’un des éléments essentiels dans leur analyse.