Testaments de guerre de Poilus parisiens (1914-1918) : une édition critique

Image de l’enveloppe du testament olographe de Georges François Marie Auguste Nicolon, mort pour la France à Paissy (Aisne), le 10 février 1917 (Archives nationales, MC/ET/LIX/1094, minute du 24 mars 1917)
Enveloppe du testament olographe de Georges François Marie Auguste Nicolon, mort pour la France à Paissy (Aisne), le 10 février 1917 (Archives nationales, MC/ET/LIX/1094, minute du 24 mars 1917 ; testament n° 124 dans la présente édition)
Le raccourcissement des délais de communication des archives, suite à la loi de 2008, a permis l’accès aux minutes notariales de la Grande Guerre, matériau inaccessible jusqu’à ce jour aux historiens. Dans la continuité des travaux du Centre Jean-Mabillon sur l’écrit parisien, la présente édition électronique entend innover en fournissant aux chercheurs un échantillon significatif de testaments de Poilus parisiens, morts pour la France entre 1914 et 1922. Les 134 textes ici retenus, issus de trois études notariales parisiennes et conservés aux Archives nationales (Minutier central), permettront aux lecteurs de saisir le potentiel de ces écrits personnels pour approcher l’état d’esprit des combattants, alors que la perspective de la mort à la guerre est bien présente dans le secret de leur cœur.

Cette édition numérique a été réalisée pour la partie historique par Christine Nougaret, professeur à l’École nationale des chartes, et pour la partie technologique par Florence Clavaud, conservateur en chef du patrimoine aux Archives nationales, toutes deux membres du Centre Jean-Mabillon, avec la collaboration de Natalia Pashkeeva, diplômée du Master 2 Technologies numériques appliquées à l’histoire de l’École des chartes, doctorante à l’EHESS. Ce projet n’aurait pu se faire sans le soutien de Marie-Françoise Limon-Bonnet, conservateur général du patrimoine, responsable du Minutier central des notaires de Paris, et le concours de Mélisa Locatelli, secrétaire de documentation, responsable de la collecte des archives notariales au Minutier.

Ce travail constitue par ailleurs la première étape d’un projet plus vaste soutenu par le Laboratoire d’Excellence (LabEx) PATRIMA, pour lequel les Archives nationales, l’École nationale des chartes, l’université de Cergy-Pontoise, l’université Paris 8 et les Archives départementales des Yvelines se sont associées. L’objectif de ce projet est d’identifier, de numériser et d’éditer numériquement un nombre beaucoup plus important de ces testaments de Poilus, en faisant appel aux volontaires, à qui d’ici un an.

 

http://elec.enc.sorbonne.fr/testaments-de-poilus/

Une esquisse du profil des utilisateurs de bibliothèques numériques

En mai 2016, le projet Fonte Gaia a lancé la première étape de ses études utilisateurs à travers la diffusion d’un questionnaire en ligne, en vue du développement de l’interface de sa bibliothèque numérique, Fonte Gaia Bib (FGBib). Cette entreprise était animée par trois objectifs principaux :

Un objectif général d’identification du ou des publics de bibliothèques numériques, lesquels publics sont encore peu connus ;
Un objectif spécifique d’identification de la communauté Fonte Gaia, qui a la particularité d’être préexistante à la bibliothèque numérique à travers le blog du projet ;
Un objectif spécialisé, centré autour de la notion de services afin de cibler ceux souhaités par les utilisateurs, mais également de mesurer le degré d’implication de ces derniers avec les contenus.

À la découverte des utilisateurs de bibliothèques numériques : Les résultats du questionnaire Fonte Gaia

Ouverture du TripleStore data.persee.fr

Persée, Unité Mixte de Service réunissant l’Université de Lyon, le CNRS et l’ENS de Lyon et bénéficiant du soutien du MENESR réalise depuis plus de 10 ans le portail du même nom regroupant des milliers de publications scientifiques accessibles librement et gratuitement et comptabilisant 30 millions de visites annuelles.

Pour affirmer sa position d’acteur de la dynamique nationale d’ouverture des données, Persée ouvre un triplestore, data.persee.fr. Mis en ligne le 10 Février 2017, ce triplestore entend ainsi répondre aux besoins de constitution de corpus complexes, de fouille de textes dans un environnement de données liées.

Les données disponibles au format RDF reprennent l’ensemble des métadonnées créées par Persée autour de ses collections : auteurs, illustrations, articles, etc., mais également les données élaborées avec nos partenaires (idRef, Cairo Gazeteer) et des données collectées auprès de divers référentiels (GBIF, DBpedia, data.bnf, VIAF…). Ce nouveau site permettra d’extraire :

  • ses propres bibliographies thématiques ou liées à un auteur.
  • toutes les informations concernant un site archéologique
  • toutes les illustrations d’une collection en particulier ou d’un photographe précis.

Les possibilités d’explorations sont ainsi démultipliées. Ces données sont ouvertes et réutilisables par tous grâce aux outils et aux formats ouverts.

Le site : http://data.persee.fr/

Contacts

Nathalie Fargier | nathalie.fargier@persee.fr | 04 26 73 14 80

Viviane Boulétreau | viviane.bouletreau@persee.fr | 04 26 73 14 82
L’équipe Persée
data@persee.fr

27 Février 2017 Conservation, médiation, innovation et recherche : modélisation du développement d’applications « durables » pour la valorisation du patrimoine muséal

27 Février 2017
Conservation, médiation, innovation et recherche : modélisation du développement d’applications « durables » pour la valorisation du patrimoine muséal

Séminaire doctoral annuel UDPN
L’orientation de cette séance du séminaire UDPN 2016-2017 vise l’échange entre acteurs du domaine public comme du domaine privé de la valorisation du patrimoine dans l’environnement numérique. Il s’agirait de mettre en évidence tant la nécessité que la complexité de la coordination d’usages scientifiques, culturels et éducatifs des patrimoines numérisés.

udpn.fr

contact AT udpn.fr

Le projet Reliure de la Bnf

La Bibliothèque nationale de France (BnF) possède l’une des collections de reliures les plus importantes au monde, tout particulièrement pour le domaine français. Ce fonds unique, étudié depuis la fin du XIXe siècle par les historiens de la reliure, est resté jusqu’à présent peu accessible à un large public. Il importait de remédier à cet état de fait et, dans le contexte actuel d’une offre croissante de mise à disposition des données sur le Web, de créer un outil permettant de présenter et de décrire cet ensemble documentaire paradoxalement méconnu et de le faire de la manière la plus appropriée, en exploitant toutes les possibilités offertes par les nouvelles technologies.

http://reliures.bnf.fr/projet