Past and Future Medieval Studies Today 6th European Congress of Medieval Studies

There was a time, not so long ago, when Medieval Studies constituted a major pillar for the understanding of the history of human civilization. The Middle Ages bridge the gap between ancient culture and Modernity; it is the period during which the Greek and Roman heritage was transformed into European and Christian values and found expression in new and different ways in music, art, architecture, literature, philosophy, and theology – fields, which testify to the cultural evolution of humanity. For this reason, Medieval Studies had a strong and uncontested position in the curricula of many institutions of higher education, especially in the Western world.

Today, things are different. While the medieval contribution to the project of humanity remains beyond doubt, the challenges facing those interested in history have definitively changed. In a globalizing world, the emergence of the universities, gothic architecture, polyphony, and urban culture, can no longer be studied in isolation. Their significance must be assessed against the background of developments elsewhere in the world, for instance, the Middle East, Africa, and Asia. Today, what does the medieval past mean for a global and culturally diverse future?

Medieval Studies have always excelled by their vigorous scholarly methods and their inventiveness: it is within this realm that new methods of critical text editing were developed and became the standard across all the humanities; medievalists were among the first to seize the opportunities and chances offered by the digitization of texts; interdisciplinary research is the rule rather than the exception. With these features, Medieval Studies are well equipped to develop convincing answers  to the challenges of the future in front of them. Distinguished by a vast regional diversity as well as global interaction and exchange, the Middle Ages both question and inspire our contemporary understanding as citizens of a globalizing world, a promising challenge calling for new ideas and
powerful institutions suited to put the ‘European’ Middle Ages into relation with human achievements elsewhere on the globe.

Currently, different replies to these new challenges are under discussion, each with its own potentials and risks: global medievalism, digital humanities, comparative history, rethinking the cultural narrative. To present and debate these approaches and to exchange views about successful perspectives of Medieval Studies, the Fédération Internationale des Instituts d’Etudes Médiévales (FIDEM) devotes its 6th European Congress of Medieval Studies to the topic of “Past and Future: Medieval Studies Today”.

 

09.00 Sessions Paleography and Codicology • Marc

Smith (Paris)

Open Scholasticism: Networks of
Thought in the Digital Age • Hans Cools
(Basel), Gabriel Müller (Basel), Roberta
Padlina (Basel), Ueli Zahnd (Basel)

Grammar and Literature • Isabela
Stoian (Bucharest, Fribourg),
Constantin Teleanu (Paris), Monica
Oanca (Bucharest)

6

10.30 Pause
11.00 Sessions

12.30 Lunch (own arrangements)

13.30 Sessions

15.00 Pause

Chances and Opportunities: Medieval
Texts and Modern Cultural Paradigms •
Seraina Plotke (Basel)

Medieval Musicology at the Challenge
of Globalization: Some Ideas to Survive
• Francesco Zimei (Teramo)

Guides to Well‐being in the Long
Fifteenth Century • Sabrina Corbellini
(Groningen), Catrien Santing
(Groningen), Marilyn Nicoud (Avignon),
Marina Gazzini (Parma)

The Arborescent Prevalence and the
Growth of Knowledge: Studying the
Medieval Tree Structures in a
Contemporary Way • José Higuera
Rubio (Porto), Sergi Sancho Fibla (Aix‐
en‐Provence), Antoine Paris (Paris),
Naïs Virenque (Tours)

History • Julia Aguilar Miquel
(Madrid), Vytautas Volungevičius
(Vilnius), Luca Polidoro (Florence,
Siena)

Databases • Paul Tombeur
(Turnhout), Patricia Cañizares Ferriz
(Madrid), Atat Ayman
(Braunschweig)

15.30 Excursion to the Basel University Library and the Digital Humanities Lab (all participants)
18.00 Second Plenary Lecture The Future of Medieval Studies: A Chinese Historian’s Perspective • Hilde de Weerdt (Leiden)
19.30 Dinner (own arrangements)

7

Tuesday 04.09.2018

Discussion Sessions Special Sessions Paper Sessions

09.00 Sessions

10.30 Pause
11.00 Sessions

12.30 Lunch (own arrangements)

De la page numérisée aux sens révélés:
Vers une prise en charge automatique
du corpus “Bible Historiale” • Xavier‐
Laurent Salvador (Paris)

Medieval Studies Today and
Tomorrow: Interdisciplinarity as a
Cross‐Cultural Approach. The Example
of the Upper Rhine Region • Isabel
Iribarren (Stasbourg)

Questions on the Vademecum of the
Count of Haro (c. 1399‐1470) • María‐
José Muñoz (Madrid), Antonio
Espigares (Madrid), Beatriz Fernández
de la Cuesta (Madrid), Montserrat
Jiménez (Madrid)

Scotist Ideas Shaping Latin American
Scholasticism: Contingency and Will in
Mission and Philosophical Theology •
Roberto Hofmeister Pich (Porto Alegre),
Nicolás Martínez Bejarano (Santa Fe de
Bogotá), Guido José Rey Alt (Cologne)

Digital Humanities • Maria Amélia
Álvaro de Campos (Coimbra,
Évora), Marta Pavon Ramirez
(Rome), Mercè Puig Rodríguez‐
Escalona (Barcelona)

Early Medieval Theology • Florin
Crismareanu (Iași), Mihai Grigoraş
(Bucharest), Florina Rodica Hariga
(Iași)

8

13.30 Sessions

15.00 Pause

Old Norse Studies 2.0 ‐ Small Subjects
in a Digital World • Lena Rohrbach
(Basel)

Failing Paradigms or how Early
Modern Concepts of Art Shaped the
Discourse on Medieval Art • Barbara
Schellewald (Basel), Heidrun Feldmann
(Basel), Henriette Hofmann (Basel)

Late Medieval Theology • Irene
Villarroel Fernández (Madrid),
Luciano Micali (Freiburg), Cristian
Moisuc (Iași)

15.15 General Assembly (all participants, only FIDEM members can vote)
Agenda
1. FIDEM Presidential Report
2. FIDEM Activities Report
3. Presentation and Election of Candidates for the FIDEM Board
4. Questions from Members
18.15 Third Plenary Lecture How a Mirror of Princes became a Handbook of Popular Philosophy and Practical Ethics • Beatrice Gründler (Berlin)
19.15 Dinner Reception (all participants)

9

Wednesday 05.09.2018

Discussion Sessions Paper Sessions Paper Sessions

09.00 Sessions

10.30 Pause

Thinking Big Under Short Term
Conditions. The Future of Medieval
Institutes • Andreas Speer (Cologne)

Medieval Philosophy • Elisa Coda
(Pisa), Silvia Negri (Freiburg), Nadia
Bray (Lecce)

Interpreting the Middle Ages •
Christoph Kann (Düsseldorf), Enrique
Corti (Buenos Aires)

11.00 Table Ronde • Past and Future. Medieval Studies Today
12.15 Closure
12.30 Lunch (own arrangements)
13.30 Departure

10

Titles of Presentations in Special Sessions

Open Scholasticism: Networks of Thought in the Digital Age (Monday, 09.00)
Hans Cools (Basel)
Semantic Web Technologies in Medieval Studies
Gabriel Müller (Basel)
Making it Work: the Challenges of Publishing Open Scholastic Data
Roberta Padlina (Basel)
Semantic Text Annotation with the Standoff Approach
Ueli Zahnd (Basel)
Scholasticism and the Text‐as‐Network Paradigm
Guides to Well‐being in the Long Fifteenth Century (Monday, 11.00)
Sabrina Corbellini (Groningen) and Catrien Santing (Groningen)
The Study of Late Medieval Well‐Being and the Relevance of Medieval Studies Today
Marilyn Nicoud (Avignon)
Les regimes de santé médiévaux: de manuels d’auto‐contrainte ou d’éducation à la santé?
Marina Gazzini (Parma)
Welfare before Welfare. Italian Confraternities and Guilds as Forms of Insurance

11

The Arborescent Prevalence and the Growth of Knowledge: Studying the Medieval Tree Structures in a Contemporary Way (Monday 13.30)
José Higuera Rubio (Porto)
The Epistemological Accomplishments of Tree Representations: Middle Ages and Beyond
Sergi Sancho Fibla (Aix‐en‐Provence)
Trees as Organizational Structures in Mystical Literature from the 13th and 14th Centuries
Antoine Paris (Paris) and Naïs Virenque (Tours)
Studying Medieval Arboreal Frameworks Today. Terminology, Iconology and Networks
Questions on the Vademecum of the Count of Haro (c. 1399‐1470) (Tuesday 09.00)
María‐José Muñoz (Madrid)
Las sentencias preferidas por diversos lectores del Vademecum (ms. BNE 9513)
Antonio Espigares (Madrid)
San Agustín en el Vademecum del Conde de Haro
Beatriz Fernández de la Cuesta (Madrid)
Las sentencias preferidas por el conde de Haro en el ms. BNE 9522
Montserrat Jiménez (Madrid)
La Carta de Léntulo al senado de Roma en el Vademecum
Scotist Ideas Shaping Latin American Scholasticism: Contingency and Will in Mission and Philosophical Theology (Tuesday 11.00)
Roberto Hofmeister Pich (Porto Alegre)
Coercion and the Limits of Voluntariness: The Scotist Philosophical Background of Baptism Practices by Franciscan Missionaries in 16th‐17th Century Latin America

12

Nicolás Martínez Bejarano (Santa Fe de Bogotá)
Baptism and Social Organization in The Wonders of Nature of Fray Juan de Santa Gertrudis
Guido José Rey Alt (Cologne)
Determinate Truth and Contingency in Alfonso Briceño’s Controversiae (1639)
Failing paradigms or how early modern concepts of art shaped the discourse on medieval art (Tuesday 13.30)
Barbara Schellewald (Basel)
Excluding Byzantium or Shared History?
Heidrun Feldmann (Basel)
Batty Langley’s “Gothic Orders”
Henriette Hofmann (Basel)
The Framing of the Hildesheim Bronze Doors or How Bernward ‘Misunderstood’ Antiquity

2018 FIDEM Congress: Past and Future: Medieval Studies Today – 6th European Congress of Medieval Studies

 

ANR: le projet MARITEM retenu

 

Le projet interdisciplinaire MARITEM comporte plusieurs objectifs. Le premier est de comprendre le Manuscrit du Roi dans son élaboration matérielle, musicale et textuelle, mais aussi d’en connaitre les procédés de diffusion et de réception jusqu’à nos jours, dans la culture écrite et orale. Pour y parvenir, nous produirons une édition numérique musico-textuelle pensée pour plusieurs usages différents, comme l’outil numérique peut le permettre, c’est-à-dire avec des couches successives représentant les différents états de l’édition jusqu’au document source (allographétique, graphématique alignée, ponctuée, corrigée, interprétative). Le procédé permet de travailler avec souplesse sur les différents stades de l’édition et se distingue en cela de l’édition numérisée. Par l’édition allographétique, nous pourrons par exemple comprendre les habitudes des scribes, les processus de copie, les possibles réécritures musicales, les étapes de façonnement du manuscrit, autant d’éléments peu connus, faute de pouvoir encore confronter les données textuelles avec les données musicales. 

Le deuxième objectif vise à cerner les rapports entre les différents corpus consignés dans ce manuscrit. Nous pourrons mieux connaître, par exemple, les liens entre le motet et la chanson, les deux répertoires étant généralement étudiés de manière séparée. Avec la présence des pièces latines, la perspective sera de comprendre le rapport entre la chanson en langue vernaculaire et la chanson en langue latine, d’un point de vue des modalités de performance ou de la tradition écrite (copiste, témoin, réécriture, etc.) 

Le troisième objectif, à travers l’étude d’un manuscrit témoin découvert dans toutes ses facettes, est de construire une nouvelle méthode analytique fondée sur les outils numériques qui pourra ensuite être appliquée à d’autres codex musicaux. Grâce au moteur de recherche, nous étudierons par exemple le traitement musical d’un type de diphtongue en particulier, étude encore impossible de nos jours faute d’un tel outil. De la même manière, nous associerons les accents du texte avec les motifs musicaux, ce qui ouvrira la voie à de nouvelles hypothèses sur le rythme des monodies non mesurées. Plus encore, la musicologie rejoindra la philologie textuelle dans la construction des stemma codicum.

Le quatrième objectif est de valoriser un patrimoine encore mal connu, la chanson médiévale profane. En ce sens, la collection de partitions contiendra des éditions interprétatives pensées particulièrement pour les musiciens, mais aussi pour les enseignants et les chercheurs qui disposeront aussi d’exemples vocaux et de références discographiques. Le projet souhaite offrir un matériel fiable aux interprètes actuels des musiques médiévales, sans cesse confrontés au peu de supports ou travaux qui leur sont destinés. Il s’agira, en somme, de les guider vers une interprétation de qualité car ils constituent un média important pour la diffusion et la valorisation de nos travaux d’érudition.

L’axe Humanités Numériques du Lab’TTN, qui soutient le projet, adresse ses chaleureuses félicitations aux porteurs du projet: Christelle Chaillou et Federico Saviotti

 

Forum de la Gouvernance de l’Internet / Ateliers de l’Avenir Numérique

Forum de la Gouvernance de l’Internet
Ateliers de l’Avenir Numérique

Xavier-Laurent Salvador (DIM STCN, Université Paris 13)  représentera le Lab’ TTN, aux côtés de Didier Guével (DIM STCN, , Université Paris 13) à la Table ronde dirigée par Alexis Poulin, fondateur de la revue Le Monde Moderne :

PARCOURS « Humanités Numériques »
ATELIER · Patrimoine numérique et éducation aux médias

du Forum de l’ISOC consacré à l’Avenir Numérique:

de 15h30 à 17h le mercredi 5 juillet

qui se déroulera:

Université Paris Descartes, 45 Rue des Saints-Pères, Paris 6

pour présenter les enjeux éducatifs des Humanités Numériques, du secondaire au supérieur.

 

Le Forum sur la Gouvernance de l’Internet dont Lucien Castex (Sorbonne Nouvelle) est le Président a été créé lors du SMSI.
Objectif : engager les multiples parties prenantes dans un dialogue sur la gouvernance de l’Internet

Le FGI FRANCE a été organisé à l’initiative de plusieurs associations en 2014 et 2015 au CESE puis à Paris Descartes réunissant à chaque édition un millier de participants.

Le mandat général donné par le SMSI pour le Forum concerne :
– La politique publique globale au niveau local et intergouvernemental en relation avec la gouvernance de l’internet et la neutralité des réseaux.
– L’utilisation des compétences des parties universitaires, scientifiques et techniques.
– La réduction de la fracture numérique et l’élargissement des possibilités d’accès à l’Internet dans les pays en développement.
– L’utilisation des principes du SMSI.
– La publication de ses travaux.

Université Paris Descartes, 45 Rue des Saints-Pères, Paris 6

Pour en savoir plus:

https://isoc.fr/ateliers/

Digitens, H2020 Project / Isilex Core !

The DIGITENS project ‘DIGITal ENcyclopedia of European Sociability’ has just been awarded a 3-year grant by the European Commission. H2020-MSCA-RISE-2018. Isilex team, Technical Core of the project, congratulates to all research partners for their fruitful collaboration!

See more

See more more

Colloque « Dictionnaires et Territoires »

DICTIONNAIRES ET TERRITOIRES

8-9 MARS 2018

Salón de Grados del Edificio C1 de la Universidad de Jaén Capilla del Antiguo Hospital de San Juan de Dios de Jaén

VINGTIÈMES JOURNÉES HISPANO-FRANCO-TUNISO-ITALIENNES DES DICTIONNAIRES

Organisées par

ENCARNACIÓN MEDINA ARJONA, GIOVANNI DOTOLI et SALAH MEJRI

UNIVERSITÉ DE JAÉN

Departamento de Lenguas y Culturas Mediterráneas – Grupo HUM755

DIPUTACIÓN PROVINCIAL DE JAÉN

Instituto de Estudios Giennenses

UNIVERSITÉ DE BARI ALDO MORO

Dipartimento di Lettere Lingue Arti LaBLex – Laboratoire de Lexicographie Bilingue

SORBONNE PARIS CITÉ PARIS 13

Institut de la Méditerranée de l’Ouest (IMO)

et TL2DH (Théorie Langage Discours Digital Humanities)

UNIVERSITÉ DE SFAX, TUNISIE et CERES CENTRE D’ÉTUDES ET DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

UNIVERSITÉ DE CAGLIARI

Dipartimento di Filologia, Letteratura, Linguistica

FONDATION ROBERT DE SORBON

Cours de Civilisation française de la Sorbonne

JOURNÉES ITALIENNES DES DICTIONNAIRES

Les Journées Italiennes des Dictionnaires, fondées et dirigées par Giovanni Dotoli, inspirées des célèbres Journées Françaises organisées par Jean Pruvost à l’Université de Cergy-Pontoise, se veulent un laboratoire de recherche, de réflexion et de formation, pour l’équipe du Nouveau Dictionnaire Général Bilingue français-italien / italien-français, sous la direction de Giovanni Dotoli.

THÈME DU COLLOQUE

  1. Les dictionnaires territoires

Les dictionnaires sont des territoires. Ils délimitent les frontières, séparent les espaces, participent à l’émergence d’entités nouvelles, enregistrent la disparition des anciennes et retracent ainsi la dynamique de la cartographie des idées, des modes et des mots. Ils sont les témoins privilégiés des bouleversements que connaissent les sociétés, tant ils reflètent les changements avec une minutie qui échappe aux élaborateurs mêmes des dictionnaires. Qu’y a-t-il de mieux que les dictionnaires pour mesurer l’impact des échanges entre les peuples sur les langues en usage, le transfert des choses et des mots, les stéréotypes et les préjugés ?

  1. Territoires linguistiques

Si les dictionnaires représentent en eux-mêmes des territoires, ils en englobent également d’autres. De par leur structuration, ils renferment des pans entiers qui, une fois isolés du reste, se déclinent sous forme de territoires ayant leur propre autonomie, trahissant par là l’extrême complexité de la tâche du lexicographe. Autant de fonctionnalités dans l’article du dictionnaire, autant de territoires : l’orthographe offre des témoignages très précieux sur les variations, les réformes, les hésitations, les modes, etc. relatives aux formes graphiques des mots et leurs avatars ; la morphologie met à la disposition des utilisateurs l’extrême complexité des formes lexicales et de leurs variations grammaticales (problèmes de découpage des affixes, questions de soudure entre les affixes et les radicaux, phénomènes épenthétiques, les troncations, la polylexicalité, etc.) ; la syntaxe se décline de différentes manières : souvent présentée explicitement sous forme de constructions pour les verbes (in-/transitivité directe et indirecte, la double transitivité, le choix des prépositions), elle n’en est pas moins présente quand il s’agit de la sélection de la nature du sujet ou de l’objet, des transformations spécifiques à certaines constructions (appositives pour les noms, épithétiques et attributives pour les adjectifs et certains noms, etc.), de la position de l’adjectif (antéposition/postposition) par rapport au nom support, etc. C’est dans les articles réservés aux mots de nature grammaticale que la syntaxe se déploie le plus. Ainsi les articles se muent-ils en cours de syntaxe (voir par exemple le traitement des pronoms, prépositions, certains adverbes, etc.) ; l’étymologie est un autre pan qui foisonne d’informations sur les étymologies attestées ou reconstruites, sur les datations, sur l’évolution des formes et des contenus ; les champs sémantiques et lexicaux rendent visibles les différents maillages qui structurent les langues à travers les rapports de synonymie, antonymie, homonymie, polysémie, hyperonymie, hyponymie, etc. qui recouvrent entièrement ou partiellement des champs lexicaux propres à des domaines, registres ou synchronies.

Les dictionnaires renferment également d’autres territoires, notamment ceux de la littérature et de la didactique. La littérature se déploie, à travers les citations, dans toute sa variation et sa splendeur : poésie, roman, théâtre, nouvelle, récit, etc. Le lecteur peut y évoluer sans limite de genre et sans limite de thématique. On peut y découvrir, au gré des pérégrinations lexicographiques – grâce notamment à la navigation hypertextuelle – formules, maximes, apophtegmes, aphorismes, stéréotypes, détournements, jeux de toutes sortes sur la forme et le contenu. On évolue ainsi dans des territoires où l’unité espace-temps perd de sa linéarité au profit de nouvelles contiguïtés permettant l’établissement de liens inattendus et suscitant des lectures surprenantes et non moins légitimes.

On peut dire autant des exemples forgés par les lexicographes, exemples censés illustrer les emplois et les significations des mots, mais qui trahissent des univers de croyance insoupçonnés. Pour s’en convaincre, il suffit de voir comment sont traités certains sujets qui touchent aux interdits, tabous, etc.

Nous avons laissé pour la fin, un autre territoire, celui des définitions dont l’extrême complexité traduit en réalité les taxonomies en usage, la structure pyramidale du lexique, la variation paraphrastique, l’emploi des mots sommitaux et des primitifs sémantiques. S’y ajoute évidemment toute la variation dans les typologies de définition.

  1. Territoires encyclopédiques

Qu’il s’agisse des dictionnaires de langue ou des dictionnaires encyclopédiques, la question de la territorialité demeure au cœur de l’entreprise lexicographique. Elle se décline soit sous la forme des domaines du savoir soit sous celle de la relation que la langue peut avoir avec la géographie et l’histoire comme domaines légitimes de la notion de territoire.

Pour ce qui est des domaines du savoir, il serait intéressant de scruter dans les dictionnaires encyclopédiques les moyens mis en œuvre pour délimiter les territoires des spécialités à la fois sur les plans structurel et conceptuel. L’enjeu épistémologique recherché serait essentiellement la nature heuristique, dont l’objectif serait de savoir à partir de quels critères les domaines du savoir sont définis, de connaître leur évolution dans le temps et celle de leurs appareillages terminologiques et conceptuels qui accompagnent leurs mutations dans le temps.

Quant au croisement de la géographie et de l’histoire avec la langue, il permettrait de décrire et d’analyser les deux aspects suivants :

  • les territoires en tant qu’objets de description, objets certes décrits dans leurs représentations géographiques ou leur évolution historique, mais également les mots qui s’y substituent et qui les transforment en objets linguistiques ;

  • les territoires en tant qu’espace-temps où s’épanouissent les langues, entrent en contact les unes avec les autres, changent de forme et de contenu et donnent lieu à des mélanges linguistiques véhicularisés ou vernacularisés : là, il y aurait lieu d’interroger les frontières, les mouvements de population, les creusets des civilisations, les phénomènes de pérégrination des mots, des choses et des humains, au gré des moments de conflit et de pacification, des plages d’échanges et d’assimilation, avec tout ce que cela implique comme mythes fondateurs, imaginaires propres et universaux anthropologiques.

C’est avec les contacts que s’impose le plurilinguisme dans la vie et en lexicographie. C’est là qu’il serait intéressant de voir comment la langue s’érige en territoire où l’idiomaticité enracine les mots dans les habitus des échanges que la pratique de la traduction, pour les besoins de la communication, met en évidence et que les dictionnaires bilingues cherchent à domestiquer. Chaque langue, tout en étant un territoire culturel propre à une ou plusieurs populations, se donne des ramifications et tisse des liens qui remontent à la nuit des temps, donnant lieu à des typologies diverses qui se déclinent en groupes ou familles, que certains ethnologues et généticiens veulent exploiter pour remonter aux premières migrations humaines.

  1. Dictionnaires et déterritorialité

Les dictionnaires présentés souvent comme des lieux où la norme s’érige, s’installe et se fixe, jouant ainsi le rôle de gendarme en matière de savoir et registres linguistiques et de connaissances encyclopédiques, offrent, paradoxalement, aux anticonformistes le moyen d’élaborer leurs propres dictionnaires : dictionnaire des mots sauvages, dictionnaire des mots dans le vent, ou même dictionnaire des mots qui n’existent pas. Ainsi pourrait-on concevoir autant de dictionnaires que de fantaisies, créant ainsi de nouveaux territoires en dehors des territoires reconnus.

Ce colloque est conçu comme une rencontre où se croisent dictionnaires, langues et savoirs. On souhaiterait que ce colloque, à l’image du dictionnaire, soit l’occasion d’échanges où le propre n’exclut pas l’étranger, le spécifique complète

le commun et le général revendique le particulier : une transdisciplinarité qui se forge dans le creuset des dictionnaires, indépendamment des territoires scientifiques et épistémologiques.

Les vingtièmes Journées hispano-franco-tuniso-italiennes des Dictionnaires, qui font suite à celles de Monopoli, Bénévent, Cagliari, Naples, Rome, Salerne, Messine, Bari, Vérone, Cosenza, Catane, Tirana, Tunis, Salonique, Szczecin et Palerme, se proposent d’accueillir les réflexions des chercheurs lexicographes sur les dictionnaires en tant que territoires, qui délimitent les frontières, séparent les espaces, participent à l’émergence d’entités nouvelles, enregistrent la disparition des anciennes et retracent ainsi la dynamique de la cartographie des idées, des modes et des mots.

Colloque international « La Phraséologie Française : sens, co-textes, contextes »,24-25 mai 2018

La phraséologie française : sens, co-textes, contextes

Colloque international, 24-25 mai 2018

 Lieu : Université Marie Curie-Skłodowska de Lublin (Pologne)

 

 

 

Organisateurs :

–          Université Marie Curie-Skłodowska de Lublin

–          Université Sorbonne Paris Cité, Paris 13

Responsables : Anna Krzyżanowska et Salah Mejri

 

Présentation :

Les études phraséologiques connaissent actuellement un grand essor, notamment dans le domaine français. En témoignent le nombre des numéros de revues, les colloques et les multiples applications qui leur sont consacrés ces dernières années. Malgré cette abondante littérature qui cherche à cerner les spécificités de ce phénomène complexe, il y a lieu de constater que l’aspect sémantique demeure relativement peu étudié.

Bien qu’il s’agisse d’un aspect récurrent dans les analyses, on se contente le plus souvent d’en faire un critère très peu développé. Autant les critères rattachés au degré de figement sont détaillés dans leur forme et selon la nature des séquences concernées, autant l’aspect sémantique est réduit à un petit nombre d’éléments d’analyse en rapport avec la compositionnalité et la non-compositionnalité du sens des séquences figées, leur opacité et leur transparence, la globalité du sens, etc.

Le colloque sera l’occasion de reprendre ces concepts à la fois d’un point de vue thématique et appliqué en vue d’en évaluer la pertinence épistémologique et de voir en quoi ils pourraient participer à l’élaboration de tests sémantiques aussi rigoureux et aussi performants que les tests formels. Or comme le sens n’est pas une donnée tangible, il relève le plus souvent d’une interprétation qui présuppose l’intervention de plusieurs paramètres dont nous retenons les trois suivants :

–          la nature hétérogène du sens des séquences figées qui implique, en plus des opérations de conceptualisation et de catégorisation, un ensemble de processus sémantiques comme la synthèse sémantique, la figuration, la stéréotypie, etc.

–          la combinatoire externe des phraséologismes dont l’interaction avec la combinatoire interne détermine les emplois effectifs des unités polylexicales et offre aux locuteurs toutes les possibilités sous-jacentes à ce phénomène tant au niveau de la structuration des énoncés, qu’à ceux de leur marquage thématique et des différents enchaînements qu’ils connaissent et évidemment les défigements auxquels les séquences donnent lieu ;

–        l’interaction avec le contexte extralinguistique, notamment de type énonciatif, et les contraintes auxquelles cet ancrage pragmatique donne lieu, faisant ainsi de la linguistique un support privilégié du culturel et inscrivant certaines séquences (comme les énoncés formulaires) dans les rituels langagiers.

Tous ces aspects concourent vers une meilleure délimitation de la dimension sémantique des phraséologismes, qu’il s’agisse de langues générales ou de langues spécialisées. Trois approches complémentaires seront privilégiées :

–          une approche théorique axée sur les aspects heuristiques de la phraséologie ;

–          une approche descriptive privilégiant le détail de fonctionnement et de structuration de phénomènes spécifiques ;

–         une approche appliquée exploitant et vérifiant les différents acquis des descriptions linguistiques dans des domaines aussi variés que l’enseignement des langues, la traduction, la lexicographie et le traitement informatique.

Enseignement du français aux sinophones anglicisants – 31 mai 2018 Villetaneuse (France)

Organisée par Salah MEJRI, Lichao ZHU et Angélique MASSET-MARTIN
31 mai 2018 Villetaneuse (France)

L’apprentissage d’une langue étrangère est pour l’apprenant une mise à l’épreuve constante entre les systèmes linguistiques de L1 et de L2. L’intuition linguistique chez l’apprenant, forgée par sa langue maternelle, constitue une barrière à franchir dès le début de son apprentissage. Chez les apprenants polyglottes, les interférences des différentes langues pratiquées auparavant s’ajoutent aux obstacles dans l’acquisition de la langue française. Les apprenants sinophones du français dont la plupart pratiquent déjà un dialecte, le mandarin et l’anglais font face à des faits de langues qui deviennent pour eux des sources de confusion. De plus, enseigner le français aux sinophones constitue un défi particulier. D’une part, le français et le chinois (le mandarin) sont typologiquement éloignés ; d’autre part, la conception du monde et la culture d’apprentissage des deux peuples sont parfois diamétralement opposées. La linguistique contrastive est, dans ce cas de figure, précieuse pour comparer et appréhender mutatis mutandis les systèmes des langues dans l’apprentissage (Alvarez et Perron, 1995 ; Sörés, 2008).

En Chine, l’enseignement du FLE dispensé de manière traditionnelle (Robert, 2009) qui est construit autour de la méthode grammaire – traduction (version et thème) n’a pas connu d’évolution importante durant les deux dernières décennies (Vallat, 2011). Cette méthode, fortement liée à la tradition de la didactique chinoise, exige que les apprenants réfléchissent en chinois afin d’assimiler les règles du français dont ils n’ont pas encore connaissance (Besse, 2011). Elle permet certes aux apprenants d’acquérir une base solide de la langue, mais handicape ces derniers quant à la communication et à la compréhension des discours. En France, les établissements français ne disposent pas de pédagogies spécifiques destinées aux apprenants sinophones, malgré le nombre croissant de ces derniers dont la culture d’apprentissage est méconnue (Bouvier, 2002 ; Robert, 2002).

Des ressources lexicographiques, phraséologiques et textuelles (sous forme de dictionnaires, de bases de données et de corpus alignés) doivent être constituées afin d’assister les enseignants dans leur pédagogie et les apprenants dans leur apprentissage. Leur exploitation devrait permettre des choix raisonnés lors de l’élaboration des cours et de la conception des activités et des exercices. De nouveaux outils d’enseignement et d’apprentissage du français (Mooc, e-learning, etc.) modifient le paysage d’enseignement du FLE. Dans ce contexte, des approches telles que l’approche actionnelle (Pu, 2011), l’approche culturelle (Demougin, 2008), l’approche par compétences (Beacco, 2011), etc. pourront voir élargis leurs champs d’application.

https://francaisino.sciencesconf.org